7 octobre 2021
  • Égalité des chances
  • Générations
  • La société
  • Pauvreté
  • Politique sociale en général
  • Réadaptation
Femmes-Tische/Männer-Tische / Annette Boutellier

Des tables rondes faciles d’accès par et pour les migrantes et les migrants

Menées par des animatrices et animateurs dans près de 20 langues et portant sur des thèmes du quotidien, les tables rondes de Femmes-Tische / Hommes-Tische contribuent depuis 25 ans à améliorer les chances et à renforcer l’inclusion de la population migrante. Elles favorisent
aussi la cohésion sociale dans les quartiers et les communes.

En un coup d’œil

  • Les tables rondes Femmes-Tische et Hommes-Tische est un centre de compétences avec des offres de formation faciles d’accès en lien avec la migration. 
  • Les discussions, gérées par un animateur, fonctionnent selon le principe des pairs, dans plus de 20 langues, dans 31 endroits de Suisse et du Liechtenstein. 
  • La qualification d’animateur ou animatrice sert souvent de marche-pied pour entrer dans le monde du travail primaire. 
  • Le programme de Femmes-Tische/Hommes-Tische contribue grandement à l’égalité des chances, à la lutte contre la pauvreté et contre l’exclusion sociale.

En mars 2020, lorsque le Conseil fédéral a déclaré la situation extraordinaire et instauré un confinement, les animateurs des tables rondes de Femmes-Tische/Hommes-Tische (voir encadré suivant) se sont vite rendu compte que les migrants vivant en Suisse ne comprenaient pas les mesures et les directives édictées ; rien d’étonnant à cela, puisque celles-ci n’avaient tout d’abord été publiées que dans les langues nationales. En outre, de nombreuses personnes obtenaient de leurs proches restés au pays des informations qui contredisaient celles des autorités suisses. Une grande incertitude régnait ; fin mars encore, une communauté a par exemple célébré un baptême avec 200 invités. D’autres personnes se sont mises à acheter des provisions en masse, la situation ayant ravivé le traumatisme de leur fuite (Moors et al. 2020).

Comment fonctionnent les tables rondes ?

Femmes-Tische/Hommes-Tische est une offre informelle de formation à bas seuil organisée par et pour les personnes issues de l’immigration. Menées par des animateurs dans près de 20 langues allant de l’albanais au turc en passant par le persan, le kurmandji ou le tigrigna, les tables rondes sont organisées dans 31 centres régionaux de Suisse alémanique, de Suisse romande et du Liechtenstein. Plus de 2600 tables rondes ont eu lieu en 2020, dont 500 pour les hommes ou les groupes mixtes ; elles ont réuni près de 12 000 participants.

Femmes-Tische/Hommes-Tische forme les personnes-clé des communautés à l’animation, ce qui leur permet de lancer leur propre table ronde et d’y inviter des personnes de la même langue. Ces groupes de discussion sont gratuits et ont lieu en petit comité, par exemple chez quelqu’un, dans un parc ou dans les locaux d’une institution (maison de quartier, centre paroissial). En cas de besoin, une garde d’enfants est organisée. Les animateurs introduisent le sujet de la discussion à l’aide de cartes, de photos ou de vidéos ; néanmoins, cette offre d’entraide par les pairs est centrée sur l’échange d’expériences personnelles.

Les animateurs, des personnes de confiance

Durant le confinement, les animateurs de Femmes-Tische/Hommes-Tische étaient parfois les seuls interlocuteurs des participants. Ayant aussitôt passé aux tables rondes en ligne, ils ont été témoins des craintes et des préoccupations de la population immigrée, du risque de chômage ou encore des nombreuses questions relatives à l’enseignement à distance. Ces animateurs, qui parlent la langue de leur communauté et ont parfois établi depuis des années une relation de confiance avec les participants, étaient disponibles pratiquement en tout temps. Une animatrice tamoule raconte qu’elle passait son temps au téléphone et ne trouvait le temps de manger que dans l’après-midi. Une autre, bloquée dans sa famille au Brésil en raison de la pandémie, a continué à mener les discussions à distance et à donner des conseils et des informations – tout cela sur WhatsApp, en plein milieu de la nuit.

Durant le confinement, les animatrices et animateurs étaient parfois les seuls interlocuteurs des participants.

La pandémie a une fois de plus démontré ce qui fait le succès du programme Femmes-Tische/Hommes-Tische : il fournit des renseignements et « transpose » les informations importantes en les adaptant au vécu de la population immigrée, en plus de 20 langues et dans 31 centres régionaux répartis dans toute la Suisse. Son approche d’entraide par les pairs à bas seuil lui permet d’entrer en contact avec des personnes que les offres de formation classiques ne parviennent généralement pas à atteindre, notamment des parents et des familles en situation difficile.

Une passerelle vers un emploi sur le marché primaire de travail

Le COVID-19 l’a mis en évidence : pour les participants, les animateurs sont souvent des personnes de confiance plus importantes que les enseignants ou les services sociaux. Les tables rondes de Femmes-Tische/Hommes-Tische ne sont donc pas uniquement une offre à l’intention des migrants et des personnes vulnérables, mais sont conçues par eux et pour eux. Eux-mêmes issus de l’immigration, les animateurs connaissent déjà bien le système suisse tout en restant suffisamment proches de la vie de leur communauté, ce qui leur permet d’assumer une fonction d’intermédiaire favorisant l’intégration. Pour ce travail, Femmes-Tische/Hommes-Tische leur propose des formations régulières, un accès aux réseaux sociaux et, surtout, des références. Ces qualifications constituent souvent une bonne aide de départ pour intégrer le marché primaire de l’emploi.

Femmes-Tische/Hommes-Tische: aussi un ventre de compétences

Femmes-Tische fête cette année ses 25 ans. Depuis 2009, il existe aussi des tables rondes pour les hommes (Hommes-Tische). Le programme, qui a reçu de nombreuses distinctions, fonctionne sur la base d’un système de licence. Le secrétariat national élabore la documentation destinée aux animateurs en collaboration avec des services spécialisés, tels qu’Addiction Suisse et Info-Entraide Suisse, et garantit la qualité des offres proposées. De nouveaux centres peuvent être ouverts par des organismes régionaux du secteur de la formation, de l’intégration ou de la santé. Cette organisation décentralisée permet d’adapter l’offre de manière efficace au contexte local. Aujourd’hui, Femmes-Tische/Hommes-Tische est un centre de compétences très sollicité pour les offres de formation ayant trait à la migration : grâce à sa longue expérience, l’organisation collabore avec des services spécialisés et des professionnels reconnus ainsi qu’avec des membres clés des communautés étrangères.

Une offre facile d'acces, pertinente et participative

L’offre de Femmes-Tische/Hommes-Tische est facilement accessible. Grâce aux connaissances des animateurs, les participants obtiennent des informations importantes sur des sujets qui les concernent, tels que l’assurance-maladie, la gestion du budget, l’accueil préscolaire, l’entrée à l’école, l’école en général ou encore le choix d’une profession. Mais pas seulement : les thèmes traités sont très divers et couvrent aussi des questions personnelles telles que les addictions (jeux, alcool, drogues, médias), l’exercice physique, l’alimentation, le racisme, les traumatismes ainsi que la santé physique et psychique. Ce dernier sujet est l’un des plus fréquemment abordés. Les tables rondes fonctionnent selon une approche participative : toutes les personnes présentes font part de leur vécu, discutent et transmettent leurs connaissances. Ainsi, elles se soutiennent mutuellement.

Les thèmes traités sont très divers et couvrent aussi des questions personnelles telles que les addictions (jeux, alcool, drogues, médias), l’exercice physique, l’alimentation, le racisme, les traumatismes ainsi que la santé physique et psychique.

Dans un entretien réalisé récemment dans le cadre d’une analyse des effets du programme, une participante témoigne : « Le jour où j’ai rencontré l’animatrice est mon jour de chance, car cela m’a permis de sortir de ma solitude et de m’impliquer à nouveau activement dans la société » (Haute école spécialisée bernoise BFH 2021). Une femme kurde raconte quant à elle : « Grâce à Femmes-Tische, je me suis remise à rire. » Dans l’ensemble, les échos qui ressortent de cette analyse sont très positifs.

Femmes-Tische/Hommes-Tische: un programme distingué à plusieurs reprises

Le projet Femmes-Tische/Hommes-Tische a obtenu de nombreuses récompenses pour son programme innovant de promotion de la santé et de prévention. Par son approche exemplaire de la diversité, il favorise la cohésion sociale dans les quartiers et les communes.

Le programme de Femmes-Tische/Hommes-Tische

  • fournit, grâce à son plurilinguisme et à sa structure décentralisée, des informations précieuses aux migrants et leur permet d’accéder aux offres standard ;
  • atteint, par son approche d’entraide par les pairs et son accessibilité, des personnes qui ne se sentent pas visées par les offres traditionnelles ;
  • crée des réseaux via les tables rondes et prévient ainsi l’isolement social ;
  • sensibilise par la diversité de ses thèmes aux questions de santé, d’intégration et d’éducation et joue ainsi un rôle préventif ;
  • renforce les capacités d’action de chacun grâce à l’échange mutuel d’expériences en cercle restreint ;
  • contribue de façon importante à l’égalité des chances et à la lutte contre la pauvreté en Suisse.

Femmes-Tische/Hommes-Tische est un exemple très représentatif de la multitude d’initiatives de la société civile qui luttent pour le développement durable de la communauté internationale et, avec elle, de la Suisse. Son programme facile d’accès et ancré localement répond profondement aux objectifs de l’Agenda 2030, à savoir favoriser l’autodétermination, la cohésion sociale et l’égalité, et contribue ainsi à renforcer la durabilité sociale en Suisse.           

Portrait de Nathalie Cathy Muco – animatrice à Femmes-Tische

« La Suisse est le pays des droits de l’homme, c’est pour cela qu’en 2015 je suis venue ici. Dans mon pays d’origine, le Burundi, les personnes atteintes d’al-
binisme, comme moi, vivent dans la peur : beaucoup sont victimes de tueries ou de trafic d’organes. L’al­binisme n’est qu’un trouble génétique. Nous ne produisons pas de mélanine et avons donc la peau claire et les cheveux blonds. À Bujumbura, où j’ai grandi, je ne pouvais pas sortir seule dans la rue, cela aurait été trop dangereux. Dans de nombreux pays africains, les gens croient par ignorance que les albinos portent malheur, ou qu’ils ont au contraire des pouvoirs magiques capables de guérir des maladies comme le sida. Les albinos sont pourchassés et tués pour leurs organes, alors que les mères d’enfants atteints d’albinisme sont exclues de la société. Il y a tant d’ignorance, tant de superstitions.

J’ai étudié la comptabilité et travaillé pour diverses associations, notamment dans le domaine de la défense des droits des femmes et au Bureau des droits de l’homme des Nations Unies. J’ai également été présidente d’une association pour les femmes albinos au Burundi. Notre principal objectif était de sensibiliser les gens. Mais mon quotidien était insupportable, je ne pouvais plus faire un pas sans être accompagnée et protégée. J’ai donc décidé de vivre ma vie en liberté et demandé un visa humanitaire. En 2015, j’ai tout laissé derrière moi : ma grande famille, mes amis et mon chéri. Je suis arrivée à Genève et j’ai demandé l’asile. (…)

Arrivée à la Chaux-de-Fonds, j’ai commencé à faire du bénévolat, avec les SOS Futures Mamans à Fleurier, puis j’ai découvert la Croix-Rouge de Neuchâtel. C’est là que j’ai rejoint Femmes-Tische et commencé à animer des tables rondes en kirundi, en swahili et en français. J’ai beaucoup appris pour moi-même. Sur notre bien-être, sur la nutrition et la santé mentale. Je transmets aussi ces connaissances à ma mère et aux femmes albinos au Burundi. Grâce à Femmes-Tische, je me nourris mieux et bouge davantage, j’ai aussi appris à gérer les moments difficiles. (…) Aujourd’hui, je me sens apaisée, je suis une nouvelle personne. »

Découvrez d’autres parcours ici

Photo de Nathalie Cathy Muco

Bibliographie

Schuwey, Claudia ; Müller de Menezes, Rahel ; Chiapparini, Emanuela (Haute école spécialisée bernoise BFH 2021). Évaluation 2019-2021 «Femmes-Tischeet Hommes-Tische». Formation multilingue et informelle pour personnes en toutes situations de vie. [Berne : Promotion Santé Suisse].

Moors, Anke ; Meile, Annika ; Uehlinger, Isabel (2020). Vécu de familles en situation de vulnérabilité sociale durant le confinement : conséquences, défis, constats  [Winterthour/Wabern : a:primo ; Femmes-Tische/Hommes-Tische Suisse]..

Vous souhaitez partager cet article ?

Facebook
Twitter
LinkedIn



Auteurs

Responsable de la communication pour Femmes-Tische/Hommes-Tische.
[javascript protected email address]
Secrétaire suisse de Femmes-Tische/ Hommes-Tische.
[javascript protected email address]

Autres articles sur le sujet