Editorial CHSS n° 4 ⁄ décembre 2020

Révision de la stratégie pour préparer l’avenir

En 2020, deux défis se sont imposés à nous. La première vague Covid-19 et ses conséquences économiques sur la population ont imposé de nouvelles mesures de protection sociale. Les projets et décisions du Conseil fédéral et les travaux parlementaires consacrés aux assurances sociales ont montré que le système de protection sociale ne peut être figé. Il doit évoluer. Prestations transitoires pour travailleurs âgés, développement continu de l’assurance-invalidité, AVS 21, révision LPP, prestations complémentaires ou congé paternité ont ainsi été au cœur de notre engagement.

Ce mouvement ne s’arrêtera pas! Les transformations économiques et sociales se poursuivent. On les voit, on les vit. Dans cet environnement dynamique, il est donc de la responsabilité de l’OFAS de penser au-delà du quotidien et de ses urgences. Cela signifie, d’une part, anticiper les évolutions sociétales (démographie, modes de production, modes de vie, inégalités sociales, etc.) pour mettre en adéquation les régimes sociaux avec les besoins et les attentes de la population ; d’autre part, tendre vers davantage d’efficience dans l’application des politiques sociales. Évoluant dans un environnement complexe, marqué par le fédéralisme et les partenariats public-privé, ces politiques doivent être mieux coordonnées et ordonnées. Cela passera certainement par une analyse critique de l’actuelle organisation de notre système social.

Du point de vue stratégique, je souhaite que l’OFAS soit en mesure de :

  • renforcer les capacités d’analyse consacrées au fonctionnement de la société et à leurs conséquences sur le développement des politiques sociales (aide à la décision) ;
  • compléter les activités régulières liées à la législation et à la surveillance par des approches à moyen et long termes (vision prospective) ;
  • répondre aux nouveaux besoins sociaux de la population (innovation sociale) ;
  • garantir un cadre institutionnel permettant une allocation optimale des ressources publiques et collectives (efficience).

Ces dimensions transversales devront s’inscrire dans le cadre de nos différentes activités. Parmi les défis directement concernées par une telle approche prospective, mentionnons : la protection sociale des indépendants et des personnes à statut précaire ; l’aide sociale et la lutte contre la pauvreté ; l’avenir de la politique familiale ; la création d’un observatoire de la politique sociale ; l’efficience des organes de mise en œuvre des assurances sociales ; la perspective  à long terme du système des trois piliers de la prévoyance vieillesse ; les modalités de collaboration entre Confédération–cantons–communes et la bonne gouvernance du fédéralisme.

La mise à jour de la stratégie OFAS pour les années 2021-2025 constituera un des instruments principaux de concrétisation et de mise en œuvre de ces réflexions prospectives.

L’ambition est claire : disposer de bases solides pour repenser l’avenir de la politique sociale et utiliser au mieux les ressources publiques et nos capacités d’innovation. Cela dans un seul but: renforcer la solidarité.